samedi 22 juillet, 2017
À découvrir
La première.

La première.

Salam Aleykoum Wa Rahmatoullah Wa Barakatouh…

230547_468000139887510_597680803_n

Les réseaux sociaux étant ce qu’ils sont, c’est plus ou moins compliqué de partager de longs textes, mais l’envie de traiter un sujet  étant présente, je décide d’en parler ici.

Parlons d’une femme du Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) en commençant par sa première épouse qui était Khadija (radi Allâhu ‘anha).


Voici donc son histoire…

Avant leur mariage

Elle fut une riche commerçante qui eut un esclave appelé Maysara. Elle l’envoya avec le Messager d’Allah (sallallahu ‘ alayhi wa salam) pour un commerce en grande Syrie, connaissant sa réputation, elle ne trouva personne de plus digne de confiance que le Messager d’Allah (sallallahu ‘ alayhi wa salam).

Au cours de ce voyage, Maysara vu de nombreux signes qui l’étonnèrent beaucoup.
Il fut étonné de voir les nuages lui faire de l’ombre contre la chaleur du soleil chaque fois qu’il s’arrêtait  pour la pause.
Il se demandait qui pouvait bien être cet homme. Maysara continua de l’observer en se demandant comment cela se faisait-il que le nuage le suivait. Les anges lui faisaient de l’ombre.
Le prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) arriva à un endroit et s’assit sous un arbre.

Un moine vint demander à Maysara qui était cet homme en parlant du Messager d’Allah. Maysara répondit : « Muhammad fils de Abdullah »
D’où il est ?
Il est de la Mecque. Pourquoi me demandes-tu cela ?
Personne ne s’assoit sous cet arbre, si ce n’est un Prophète ! »

Le moine sut que seulement un prophète pouvait s’assoir sous cet arbre et il révéla à Maysara l’importance de ce jeune homme qu’était Muhammad (sallallahu ‘ alayhi wa salam).

En rentrant, il transmit toutes ces informations à Khadija, il lui raconta tout en détails. Khadija fut émerveillée par Muhammad.

 

La demande en mariage.

Elle était plus âgée que lui. Elle envoya alors Maysara au Messager d’Allah (sallallahu ‘ alayhi wa salam) pour l’inviter à l’épouser.

Le messager (sallallahu ‘ alayhi wa salam) se réjouit de cette nouvelle et alla chez ses oncles pour leur demander leurs avis sur le oui ou non il devait épouser Khadija. Le prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) était bien éduqué et respectueux, et tous ses oncles l’aimait. 
Ses oncles étaient contents car Khadija était une femme très respectée dans sa tribu, elle y avait une grande place et elle était très distinguée.
Ses oncles partirent donc chez Khadija afin de demander sa main pour Muhammad, le messager d’Allah (sallallahu ‘ alayhi wa salam).
Elle accepta bien sur et le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) épousa sa première femme qui fut Khadija fille de Khuwaylid.

 

Leur vie avant la mission prophétique.

Khadija vécut avec le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) pendant plusieurs années. Ils s’aidèrent mutuellement. Ils eurent des garçons et des filles ensemble. Tous les enfants du Prophète furent de Khadija et de Maria. Mais la majorité comme  Ruqayya, Zaynab, Umm Kulthum, Fatima, At-Tayyib ou At-Tahir et Al Qasim furent les enfants de Khadija. Certains moururent en bas âge.

 

« IQRA Bi Ismi Rabbika Allathee Khalaq ».

Le messager passait du temps dans la grotte et Khadija l’aidait en lui apportant à manger. Il adorait Allah avant la mission prophétique et Khadija le soutenait.

Un jour, est venu celui qui l’enveloppa dans la grotte et le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) eu très peur ce jour la.

Il l’étreignit très fort et lui dit : « Lis »,
Le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam)  répondit « Je ne sais pas lire »,
Il répéta « Lis »,
Le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) répondit à nouveau « Je ne sais pas lire »
Il répéta « Lis »,
Le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) répondit à nouveau « Je ne sais pas lire »
Et voici qu’il lui récite :

« Lis, au nom de ton Seigneur qui a crée, 
Qui a crée l’homme d’une adhérence,
Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble,
Qui a enseigné par la plume. »
Sourate 96, Al Alaq : L’adhérence, verset 1 à 4.

Le prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) était vraiment paniqué suite à cette action, il se dépêcha de rentrer chez Khadija.
Il entra chez elle en tremblant et dit : « Enveloppez moi, enveloppez moi ! Blottissez-moi,  blottissez-moi ! ». Khadija lui demanda ce qu’il se passait. Elle le couvrit et lui porta compagnie. Il lui raconta ce qui lui était arrivé.
Elle dit : « Par Allah, ô Muhammad, Allah ne t’avilira jamais ! Tu maintiens tes liens de parenté, tu soutiens les faibles, tu donnes l’hospitalité à l’invité et tu soutiens la vérité dans l’adversité. Par Allah, Allah ne t’avilira jamais ! »
Elle apaisa le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) comme la femme raisonnable, sensée, intelligente et pieuse qu’elle était.

Jusqu’à ce moment, elle ne connaissait ni l’islam, ni la religion. Même le Messager (sallallahu ‘ alayhi wa salam) ne savait pas ce qui lui était arrivé.

Un jour, alors qu’il était chez Khadija, il vit l’ange Gabriel et lui annonça « Je le vois. »
Elle lui demanda « Que vois-tu ? »
Il répondit « Je le vois ! Je vois celui m’était apparu, je le vois en ce moment même dans la maison. »
Mais Khadija ne le voyait pas, elle lui demanda de nouveau : « Le vois tu maintenant ? »
Le prophète était allongé sur sa jambe et dit « Je le vois ».
Elle lui dit « Que vois-tu ? »
Il répondit « Je le vois ! »
Khadija lui demanda « Le vois tu encore ? » 
Il répondit « Je le vois ! »

Khadija enleva le voile qu’elle avait sur la tête et lui dit « Le vois tu maintenant ? »
Il répondit « Non, il a disparu ! »
Khadija répondit « Ce n’est pas un diable. Le diable ne sort pas lorsqu’un voile est enlevé ! C’est un ange ! »

Regardez le raisonnement de Khadija… Dieu est grand !!
Regardez son intelligence… Qui raisonne comme cela si ce n’est Khadija, la seine d’esprit et l’intelligente

Elle emmena le Messager d’Allah (sallallahu ‘ alayhi wa salam) chez son cousin Waraqa fils de Nawfel. Il était très âgé, aveugle, il avait la science du livre, il était un prêtre Chrétien.
Elle fit entrer le Prophète chez lui et dit : « Ô Waraqa, écoute ce que va te dire ton neveu. »
Waraqa lui demanda de lui raconter ce qu’il avait vu précédemment donc le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) lui raconta ce qu’il avait vu.
Waraqa répondit « Ô fils de mon frère, ça c’est l’ange Gabriel qui est apparu autrefois à Moussa. Si seulement j’étais un jeune homme ! Maintenant j’ai vieilli. »
Le prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) lui demanda « Pourquoi ? »
Il répondit « Si seulement j’étais un jeune homme quand ton peuple te chassera. »
Le prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) dit « Et pourquoi vont-ils me bannir ? Mes oncles, ma famille, ma communauté vont m’exiler ? »
Waraqa répondit : « Aucun homme n’a jamais apporté quelque chose de semblable à ce que tu apportes sans être persécuté ! »

« C’est ainsi que Nous fimes à chaque prophète un ennemi parmi les criminels. Mais ton Seigneur suffit comme guide et comme soutien. »
Sourate 25 – Al Furquan (Le Discernement) Verset 31

Sa conversion.

La première personne qui se convertit à l’Islam fut Khadija et elle assista Muhammed (sallallahu ‘ alayhi wa salam) avec tous ses biens dans le sentier d’Allah.

Elle était une riche commerçante. Lorsque le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) subit l’embargo dans le col d’une montagne. Khadija aurait pu ne pas rester avec eux, elle n’était pas dans le besoin car elle possédait des terre et de nombreux biens. Pourquoi alors entrer avec les nécessiteux et les pauvres ?

Elle entrait avec eux pour obtenir le récompense d’Allah, le Tout Puissant.

Un jour, l’ange Jibril était avec le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam), il lui apprenait et lui récitait la révélation. Il lui dit « Ô Messager d’Allah, Khadija arrive en ce moment avec dans sa main un récipient de lait, lorsqu’elle te rejoint, transmets lui les salutations de ton Seigneur ainsi que les miennes. Et annonce lui qu’elle aura au Paradis une demeure de nacre d’où seraient exclus la fatigue et les cris ».
Quand Khadija est rentré dans la pièce, le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) lui dit : « Ton Seigneur te transmets Ses salutations ! », Khadija répondit : « Allah est l’apaisant et de Lui vient la Paix ». Puis, il (sallallahu ‘ alayhi wa salam) dit : « L’ange Jibril te transmet ses salutations ! », elle répondit « Que la paix soit sur lui ainsi que la Miséricorde d’Allah ». Puis le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) lui annonça une demeure de nacre au paradis d’où seraient exclus la fatigue et les cris.
Quand le Prophète lui annonça son entrée au paradis, elle ne stagna pas dans son adoration, elle fit encore plus d’efforts dans la prière d’une partie de la nuit, elle fit encore plus d’efforts dans l’adoration et elle fit encore plus d’efforts dans la générosité pour l’amour d’Allah.
Que penser de nous qui nous pensons à l’aise en jeûnant notre mois de Ramadan, priant nos 5 prières quotidiennes et c’est tout ?!! Méritons-nous vraiment le Paradis ? Dieu est plus savant…

Khadija méritait le Paradis. Pourquoi ? Parce qu’elle est pieuse et pure.

« Voila le Paradis donc Nous ferons hériter ceux de nos serviteurs qui auront été pieux. »
Sourate 19, Maryam – Verset 63

Grace à la rigueur de la foi et de l’adoration de Khadija, et l’amour du prophète pour elle, le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) ne prit d’autres épouses Car elle lui consacrait sa vie entière.

 

La perte de sa première épouse.

Mais elle mourut la même année que son oncle Abu Talib qui était son plus grand soutien.
Vous vous imaginez, son oncle et son épouse décèdent la même année. C’est pour cela que cette année fut appelé « L’année du deuil », l’année ou le Prophète a été le plus triste. Il se retrouvait seul. Son oncle était celui qui le couvrait et le soutenait. Sa femme croyait en lui, le soutenait avec son argent, son temps et sa vie entière jusqu’à la fin de ses jours.

Il (sallallahu ‘ alayhi wa salam) ne l’oublia jamais jusqu’à la fin de sa vie.

Aicha raconte que même les amies de Khadija n’était pas oublié, il leur envoyait du bétail, de l’argent, de la nourriture.
Aisha demandait « Pourquoi ? », il répondit « Il s’agit de Khadija, Ô Aisha ! ».
Il l’aimait d’un grand amour…

Un jour, durant la bataille de Badr, une femme polythéiste vint payer la rançon de son mari qui était prisonnier et elle dit « Ô Muhammad, je ne possède que cela, libère mon époux », Le Prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) demanda à ce qu’on lui rende son mari puis il se mit à pleurer.
On lui demanda « Pourquoi pleure-tu, Ô envoyé d’Allah ? », il (sallallahu ‘ alayhi wa salam) répondit « Je me suis rappelé Khadija »

Le prophète (sallallahu ‘ alayhi wa salam) dit : « Les éminentes femmes du paradis sont au nombre de quatre : la vierge Marie, Assiya la femme de Pharaon, Khadija la mère des croyants et Fatima la fille de Muhammad. » rapporté par Ahmed.

Quel magnifique exemple nous avons en Khadija…

Si vous êtes interessés, on poursuivra avec les autres épouses du Prophète in sha Allah.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page